Djibouti en conflit avec DP World sur le port de Doraleh

Un policier se tient devant le terminal de conteneurs Doraleh opéré par Dubai Ports World (DP World), l'un des grands acteurs mondiaux de la gestion des ports. (Photo prise en 2009).
© REUTERS/Ahmed Jadalla

Nouvelle escalade dans le conflit qui oppose le gouvernement de Djibouti à l'exploitant portuaire de l'émirat de Dubaï, DP World. Djibouti a repris la gestion du terminal de conteneur de Doraleh au nom des intérêts de la nation. Un conflit lourd de conséquences pour l'approvisionnement des pays de la Corne de l’Afrique.

Le gouvernement de Djibouti a résilié le contrat de concession attribué à DP World en 2006 et repris la gestion directe du terminal portuaire de Doraleh, au nom de la souveraineté de l'Etat et des intérêts supérieurs de la nation. Et ce, de manière totalement illégale, selon Dubaï Ports World, l'un des plus grands gestionnaires d'installations portuaires au monde.

DP World entend donc bien ne pas en rester là et a engagé une procédure devant la cour d'arbitrage international de Londres. Une cour qui s'est déjà prononcée en faveur du consortium de Dubaï dans le passé, quand Djibouti en 2014 avait déjà remis en cause le contrat qui les liait. Djibouti accusait l'opérateur portuaire d'avoir versé des pots-de-vin pour obtenir la concession de 50 ans.

Ce conflit est lourd de conséquences et pas seulement pour les deux protagonistes, car le port en litige approvisionne les pays de la Corne de l’Afrique. Au premier rang desquels l'Ethiopie, dépourvue de façade maritime, qui dépend à 90% de ce port pour ses échanges commerciaux.

→(Re)lire: Djibouti: inauguration du port polyvalent de Doraleh

Outbrain