[Info RFI] Centrafrique: l'opération séduction des Russes au PK5

Vingt-quatre civils centrafricains et un casque bleu rwandais ont été tués lors des affrontements au PK5 de Bangui, mardi 10 avril (photo prise le 11 avril au PK5).
© FLORENT VERGNES / AFP

Alors que la discrète présence de coopérants russes à Bangui depuis quelques mois occupe les conversations et suscite les spéculations, depuis quelques jours certains d'entre eux distribuent des produits de première nécessité à des chefs de quartier qui eux-mêmes ont identifié chacun une trentaine de personnes dans le besoin. Alors que la présence russe à Bangui suscite particulièrement la méfiance au Km5, cette offensive de charme a aussi des visées plus politiques.

La présence d'un militaire russe le 10 avril dernier dans un véhicule de la gendarmerie centrafricaine au moment des opérations contre le chef de milice « Force » au PK5 a suscité bien des interrogations dans l'arrondissement.

D'où la surprise, il y a quelques jours, de voir débarquer des personnes en civil présentées comme des ressortissants russes venues offrir à 11 chefs de quartier des produits de première nécessité à destination d'environ 300 personnes particulièrement vulnérables du 3e arrondissement. « Ils font ça pour redorer leur image ici », commente un notable du Km5.

Mais au-delà de l'action caritative, la démarche a des allures plus politiques.  La délégation est conduite par un certain « Valeri ». Selon nos informations, Valeri Zakarov, nouveau conseiller-sécurité du président Touadéra.

En quelques jours, il a souhaité s'entretenir avec les leaders influents du 3e arrondissement. Certains ont accepté, d'autres ont refusé. Outre le maire  avec qui il a mis en place les distributions, le conseiller russe a rencontré les membres du Comité de prévention des crises du Km5.

« Une simple prise de contact informelle pour l'instant », commente-t-on au comité, qui depuis l'échec des opérations conjointes pour mettre la main sur « Force », il y a deux semaines, a repris les discussions avec les groupes d'autodéfense et la Minusca. Des discussions qui visent à faire retomber la tension et permettre un retour de l'autorité de l'Etat au PK5.

Outbrain