Médias: deux journalistes acquittés et libérés à Nouakchott

En Mauritanie deux journalistes ont été acquittés jeudi 30 août par la chambre correctionnelle du tribunal de Nouakchott (illustration).
© © gettyimages

En Mauritanie, deux journalistes ont été acquittés hier jeudi par la chambre correctionnelle du tribunal de Nouakchott. Babacar Baye Ndiaye, rédacteur en chef du site francophone d’information en ligne Cridem et Mahmoudi Ould Saibout, directeur du site arabophone Taqadoum, étaient jugés depuis le 16 août pour diffamation suite à une plainte d’un proche du président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz. Le juge a classé l'affaire sans suite.

Babacar Baye Ndiaye, l’un des journalistes a salué cet acquittement avec soulagement. « Nous sommes heureux de cet acquittement, c’est un jour de victoire aussi pour la presse mauritanienne qui s’est mobilisée durant notre arrestation pour dénoncer cet abus. »

Les deux journalistes avaient été arrêtés dans la rue le 8 août et gardés à vue plus d’une semaine dans un commissariat spécial de la police judiciaire à Nouakchott avant d’être déférés devant le procureur de la République.

Le plaignant Jemal Ould Mohamed Taleb estimait avoir été diffamé dans un article de Taghadoum, repris par le site francophone d’information en ligne Cridem à la faveur d’une revue de presse d’où l’étonnement du rédacteur en chef Babacar Baye Ndiaye. « Tous les jours nous reprenons des articles de la presse étrangère et de la presse locale aussi. Aussi, ça nous a surpris que le monsieur en question porte plainte d’autant plus que l’on a repris énormément d’articles de cette nature mais ça n’est jamais allé aussi loin. »

Les journalistes acquittés, affirment malgré tout, qu’ils ont été arrêtés et jugés en violation de la loi sur la dépénalisation des délits de presse en Mauritanie.

Outbrain