Les pêcheurs tunisiens incarcérés depuis fin août en Sicile sont libres

Migrants secourus en Méditerranée par l'ONG Proactiva Open Arms, fin mars 2017 au large de la Libye (illustration).
© Reuters/Yannis Behrakis

Arrêtés après avoir tracté une embarcation de quatorze migrants jusqu'au large de Lampedusa, un capitaine tunisien et son équipage sont soupçonnés d'être des passeurs. Alors qu'en Tunisie, ils sont salués comme des sauveurs.

Les six pêcheurs ont pu reprendre la mer afin de regagner Zarzis, dans le sud tunisien. Les familles n'ont pas caché leur soulagement. Un accueil triomphal, par des dizaines de bateaux au large du port, va être organisé, afin de saluer le courage de ces sauveteurs de migrants à la dérive.

Et peu importe si l'acte est dénoncé par l'Italie. Leurs amis et collègues ne changeront pas leurs habitudes de secourir toute embarcation en danger.

A l'image de Rya, la cinquantaine, marin pêcheur à Zarzis qui a déjà sauvé des migrants en perdition et ne s'arrêtera pas : « Il y a des immigrés, tous les jours il y en a. De Libye, de partout. Nous on est des pêcheurs, on essaie de sauver les gens. C'est tout, c'est très simple. Nous on ne va pas s'arrêter, on va sauver d'autres personnes. Ils vont nous mettre en prison, on est là, pas de problème. »

Au-delà du soulagement de voir rentrer les marins au pays, des voix s'élèvent pour crier leur incompréhension. Pour Halima Aissa, présidente de l'Association de recherche des disparus tunisiens à l'étranger, l'action de ce capitaine de pêche ne souffre d'aucune légitimité : « C'est un pêcheur tunisien, mais en tant qu'humaniste, si on trouve des gens qui vont couler en mer, notre droit c'est de les sauver. C'est inhumain de voir des gens mourir et de ne pas les sauver, ça c'est criminel. »

Ces arrestations, certes suivies de libérations, illustrent pourtant la politique du nouveau gouvernement italien, à en croire Romdhane Ben Amor, du Forum tunisien des droits économiques et sociaux qui s'inquiète de cette nouvelle orientation politique : « Ça a commencé par les ONG qui font des opérations de sauvetage dans la Méditerranée et maintenant ça va vers les pêcheurs. C'est un message pour tous ceux qui vont participer aux opérations de sauvetage. Donc on aura plus de danger dans la mer, plus de tragédie dans la mer. » Pendant ce temps, l'enquête devrait se poursuivre encore plusieurs semaines en Italie.

■ Dénoncés par Frontex

Détenus dans une prison d'Agrigente depuis le 29 août, les six pêcheurs tunisiens qui étaient soupçonnés d'aide à l'immigration illégale ont retrouvé leur liberté grâce à la décision du tribunal de réexamen de Palerme. L'équivalent italien du juge des libertés dans le système français.

Le commandant du bateau de pêche, Chamseddine Bourassine, président de l'association des pêcheurs de Zarzis, ville du sud de la Tunisie, avait été arrêté avec les 5 membres d'équipage pour avoir secouru au large de l'île de Lampedusa une embarcation transportant 14 migrants.

C'est un avion de reconnaissance, opérant pour l'agence européenne Frontex, qui avait repéré leur bateau tractant une barque et averti les autorités italiennes, précise notre correspondante à Rome, Anne Le Nir.

Outbrain