Gabon: Ali Bongo demande au Premier ministre de former un nouveau gouvernement

Copie d'écran de la vidéo de l'allocution prononcée par le président Ali Bongo, le 8 juin 2019. Présidence de la République gabonaise

Sa parole était devenue rare, si rare que les Gabonais soupçonnaient leur chef de l’État Ali Bongo Ondimba d’avoir perdu l’usage de sa parole. Samedi soir, il a brisé le silence. Ali Bongo, dans un message à la nation, après avoir rendu hommage à son père Omar Bongo décédé il y a 10 ans, a livré un message pour démontrer que le chef de l’État c’est lui. Et il a demandé à son Premier ministre de former un nouveau gouvernement.

Publicité

En pleine récupération de ses capacités physiques après un accident vasculaire cérébral, Ali Bongo a livré un message à la nation très offensif. Il a critiqué la gestion du pays comme le font si bien ses opposants.

« Il est capital pour notre nation d’en finir une fois pour toutes avec la corruption qui gangrène nos institutions, a-t-il affirmé. Il est capital d’en finir avec la mauvaise gestion, la mauvaise gouvernance. »

Pour illustrer son propos, Ali Bongo a pris quelques exemples : « Je prendrais ici un seul exemple, les hôpitaux de dernière génération que nous avons construits. Qu’en est-il aujourd’hui de leur maintenance ? On peut également s’interroger sur l’état actuel des établissements scolaires. Partout, c’est la même gabegie, la même négligence. Le manque de civisme. Mes chers compatriotes, aussi ai-je demandé au Premier ministre de former un nouveau gouvernement plus restreint, prêt à donner la priorité à l’intérêt général. »

Le gouvernement actuel est en poste depuis 5 mois seulement. Les Gabonais veulent savoir qui sortira, qui restera et qui rentrera dans la nouvelle équipe gouvernementale ?

La classe politique (...) s'est fourvoyée...

Extrait du discours d'Ali Bongo

RFI

Après ce discours pré-enregistré d'Ali Bongo, Guy Nzouba Ndama a réagi sur RFI. Cet ancien cadre du régime et ancien président de l'Assemblée nationale, aujourd'hui passé à l'opposition, se dit tout d'abord satisfait que le président ait pris la parole. Cela permet, selon lui, de couper court « aux supputations » quant à l'état de santé d'Ali Bongo.

Quant au volet politique, Guy Nzouba Ndama est sceptique sur le fait qu'un nouveau gouvernement règle les problèmes des Gabonais. Il répond également alors qu'on l'interroge sur la volonté d'Ali Bongo de faire le ménage dans la classe politique, dix ans après sa prise de pouvoir.

Il ne faut jamais désespérer des hommes. Je dis toujours qu’à tout moment, chacun peut toujours faire son acte de contrition.

Guy Nzouba Ndama

Sébastien Duhamel