Vaccins: en visite en Afrique du Sud, Macron plaide pour une levée temporaire des brevets

Emmanuel Macron et son homologue sud-africain Cyril Ramaphosa à Pretoria le 28 mai 2021. AP - Themba Hadebe

Après Kigali, Emmanuel Macron a poursuivi sa mini tournée africaine en Afrique du Sud. Il est arrivé a Pretoria ce vendredi pour une visite centrée sur la pandémie de Covid-19, l'Afrique du Sud étant le pays le pays du continent le plus touché. Emmanuel Macron et Cyril Ramaphosa ont lancé un appel a la communauté internationale sur la production des vaccins.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Pretoria, Pierre Firtion

Emmanuel Macron et Cyril Ramaphosa ont lancé un appel pour que l’Afrique soit en capacité à moyen terme de fabriquer des vaccins et pas seulement des vaccins contre le Covid-19. La France va mettre le problème sur la table lors du prochain G7 début juin où l’Afrique du Sud et l’Inde seront conviés.

« Les brevets ne doivent être en rien un frein », a affirmé Emmanuel Macron au cours d'une conférence de presse commune avec son homologue sud-africain Cyril Ramaphosa, se disant finalement d'accord pour demander une levée temporaire des droits même si la priorité reste le transfert de technologie.

L’Afrique du Sud est l’un des pays les plus avancés pour fabriquer prochainement ces vaccins. Dans ce cadre, Emmanuel Macron a annoncé ce vendredi après-midi que la France allait soutenir financièrement, avec d’autres partenaires comme l’Allemagne, les Etats-Unis ou encore la Banque mondiale et des laboratoires pharmaceutiques sud-africains comme Aspen ou Bivouac.

Le président français a plaidé pour une plus grande transparence sur le prix des vaccins, notamment en ce qui concerne les pays les plus pauvres. Emmanuel Macron a en parallèle annoncé que la France ajoutait 500 millions d’euros dans l’initiative ACT-A. De son côté, l’Union européenne va elle livrer 100 millions de doses au mécanisme de solidarité Covax porté par les pays de l’Union européenne et l’OMS.

Nous ne pouvons pas continuer à attendre notre tour en bout de file pour recevoir ces vaccins qui sauvent des vies. Nous attendons dans cette file mais nous sommes fatigués, nou svoulons nous aussi être en tête de file et ce dès maintenant.

Cyril Ramaphosa, président de l'Afrique du Sud