Attaques au Niger: les députés de Tillabéri interpellent les autorités

Des habitants d'un village de la région de Tillabéri, dans l'ouest du Niger, après une attaque d'hommes armés, le 8 mai 2020. (Image d'illustration) AFP - BOUREIMA HAMA

Des députés de la région de Tillabéri au Niger - 18 signataires sur 26 au total - interpellent les autorités du pays, dans une déclaration, sur la situation sécuritaire dans cette partie du pays.

Publicité

En l'espace d'un mois, 98 civils et 19 gendarmes ont été tués dans trois des six départements de la région, affirment les élus dans un communiqué diffusé vendredi 20 août. Le dernier événement date du 16 août, dans le village de Darey-Daye où 37 civils ont été tués alors qu'ils travaillaient aux champs.

Joint par RFI, Abdou Aboubacar, député de la préfecture de Filingue et signataire de cette déclaration, alerte sur la situation : « C’est un devoir pour nous de dire les mots, les souffrances que vit la population de la région de Tillabéri afin d’interpeller le gouvernement pour pouvoir y remédier, indique-t-il. Les gens sont traumatisés ! Ils ne partent plus aux champs parce que dès que vous sortez de votre village, vous passez dans les champs et vous pensez peut-être croiser des terroristes ! On a demandé au gouvernement de prendre vraiment toutes les mesures pour renforcer la présence des FDS, les Forces de défense et de sécurité, pour protéger davantage cette population et leurs biens. De plus, nous avons demandé - nous ne le souhaitons pas mais qu’en cas d’attaque - qu’il y ait une intervention rapide des Forces de défense et de sécurité et surtout l’intervention aérienne. Nous demandons vraiment à l’État qu’il y ait une couverture - on ne peut pas mettre chaque militaire dans un champ, non  qu’il essaye d’avoir la maîtrise de l’espace dans lequel ces terroristes évoluent. »

Autre demande des députés de la région : revoir les mesures de l'état d'urgence qui interdit l'usage des motos par les populations, une mesure qui handicape économiquement les communautés et rend difficile l'accès aux Centres de santé notamment.

À lire aussi : Niger: la multiplication des attaques terroristes touche durement l'agriculture