La Cédéao suspend la Guinée de ses instances à la suite du coup d'État

La Cédéao a décidé de suspendre la Guinée de ses instances (image d'illustration). © NIPAH DENNIS/AFP

La situation en Guinée a été examinée, mercredi 8 septembre, par les chefs d'État de la Cédéao réunis en sommet extraordinaire virtuel, 72 heures après le coup d'État qui a renversé le président Alpha Condé à Conakry ; des sanctions ont été annoncées.

Publicité

Des sanctions a minima, pour l’instant. Certes, la Cédéao « réaffirme son opposition sans réserve à tout changement politique par des moyens non constitutionnels », et « condamne avec la plus grande vigueur ce coup de force ». La Guinée est donc suspendue, mais évite les mesures économiques, comme l’arrêt des échanges commerciaux ou la fermeture des frontières. L’organisation n’a pas non plus décidé de sanctions individuelles – gels des avoirs ou interdiction de voyager – contre les putschistes.

« Violation claire »

Dès l'ouverture de ce sommet virtuel, le président du Ghana Nana Akufo-Addo avait évoqué une « violation claire » de la charte de bonne gouvernance de la Cédéao et « un incident malheureux et regrettable » pour qualifier le coup d'État mené par les forces spéciales, emmenées par le colonel Mamady Doumbouya. Dès dimanche, la Cédéao avait déjà condamné la prise de pouvoir par les militaires, et l'arrestation du président Alpha Condé.

Alors que la suite des événements reste floue, la Cédéao dépêche une délégation ce jeudi en Guinée pour rencontrer les responsables de la junte. Il sera notamment question du sort d’Alpha Condé. L’organisation exige une nouvelle fois « le respect de l’intégrité physique » et « la libération immédiate et sans condition » du président renversé.

Pas de réaction officielle à Conakry

À Conakry, pas de réaction officielle hier soir après ce sommet virtuel. Abdoulaye Oumou Sow, responsable de la communication du Front national pour la défense de la Constitution, n'est pas surpris par la position de la Cédéao, mais regrette que l'organisation régionale n'ait pas réagi avant le coup d'État.

Abdoulaye Oumou Sow

Mais le Conseil national pour le rassemblement et le développement (CNRD) tente de rassurer les partenaires étrangers. Selon la RTG - la télévision publique - le colonel Mamady Doumbouya, a reçu hier les ambassadeurs de Chine, de Turquie, de Russie, de France, de la Sierra Leone et des États-Unis.

Les chefs d'État de la région ont aussi évoqué la transition en cours au Mali après y avoir envoyé une mission, qui s'est terminée mardi et qui s'est dite préoccupée quant à la possibilité de tenir les élections dans les délais. Présidentielle et législatives sont censées se tenir en février prochain, soit 18 mois après le coup d'État d'août 2020. Suite à ce putsch, la Cédéao avait aussi suspendu le pays et adopté des sanctions essentiellement économiques.