En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies ou technologies similaires pour mesurer l'audience de nos sites et vous proposer des fonctionnalités sociales, du contenu et des publicités éventuellement personnalisés.

En savoir plus

La Corée du Nord condamnée aux Etats-Unis pour la mort d’Otto Warmbier

Un panneau en soutien à la famille d'Otto Warmbier, affichant «Justice pour Otto» lors des funérailles de l'étudiant le 21 juin 2017. AFP/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/BILL PUGLIANO
Texte par : RFI Suivre
3 min

Un tribunal de Washington a condamné lundi 24 décembre la Corée du Nord à payer 501 millions de dollars pour sa responsabilité dans la mort de l’étudiant américain Otto Warmbier, jugeant qu’il avait été victime de torture.

Publicité

Otto Warmbier est décédé le 13 juin 2017 à 22 ans, après son rapatriement dans le coma de Corée du Nord où il avait été détenu pendant 18 mois. Etudiant à l’université de Virginie, il avait été arrêté dans la capitale nord-coréenne à la fin d’un voyage organisé. Il avait été condamné à quinze ans de travaux forcés pour le vol d’une affiche de propagande lors de son séjour. La cause exacte de sa mort demeure inconnue.

« Une famille américaine, les Warmbier, a subi directement la brutalité de la Corée du Nord quand (le régime de Pyongyang) a arrêté leur fils pour l’utiliser comme un pion dans les manigances de cet Etat totalitaire et sa confrontation avec les Etats-Unis », a estimé la juge Beryl Howell.

La juge Howell a ainsi octroyé au total 501 millions de dollars aux parents d’Otto Warmbier, en grande partie au titre de dommages-intérêts. Il est très improbable que la Corée du Nord paie cette somme et les avoirs du régime susceptibles d’être saisis aux Etats-Unis sont très faibles.

Des lésions cérébrales liées à la torture

« La Corée du Nord est responsable de la torture, de la prise d’otage et du meurtre extrajudiciaire d’Otto Warmbier, ainsi que des blessures infligées à son père et à sa mère, Fred et Cindy Warmbier », a-t-elle expliqué dans sa décision.

La juge a notamment cité le neurologue Daniel Kanter selon lequel le jeune homme a probablement souffert de lésions cérébrales causées par une interruption de l’irrigation sanguine au cerveau qui a duré de cinq à vingt minutes. Sur la base de cas connus d’interrogatoires menés par les services nord-coréens, le jeune homme pourrait avoir subi des simulations de noyade, des décharges électriques, des étouffements et des arrachements de dents à la pince, a souligné la juge.

Possible regain de tension entre les deux pays

La mort d’Otto Warmbier avait aggravé des relations déjà difficiles entre Washington et Pyongyang sur la question de l’arsenal nucléaire nord-coréen. Un réchauffement soudain avait toutefois débouché sur une rencontre historique entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et le président Donald Trump en juin à Singapour.

Le jugement pourrait perturber les négociations entre Washington et Pyongyang sur un accord de dénucléarisation de la péninsule coréenne, qui semblent toutefois actuellement bloquées. Le président Trump envisage de revoir en tête-à-tête le dirigeant du régime reclus début 2019. « Il y a des progrès », a toutefois assuré lundi le président américain sur Twitter, « j’attends avec impatience mon prochain sommet avec le président Kim ».

(Avec AFP)