France: à Marseille, les réfugiés ukrainiens du «Méditerranée» de la Corsica Linea quittent le navire

Atelier «trouver un travail» organisé à bord du ferry Méditerranée de la Corsica Linea dans le port de Marseille: ce ferry accueillait plusieurs centaines de réfugiés ukrainiens depuis le mois de mars 2022 (photo du 26 avril 2022). AFP - NICOLAS TUCAT

En France, à Marseille, le ferry Méditerranée, l’un des plus grands centres d’accueil du territoire mis à disposition des réfugiés ukrainiens ferme ses portes. Hier vendredi a pris fin la convention entre la compagnie maritime Corsica Linea, propriétaire du bateau de croisière, et le gouvernement français. Plus de 400 personnes se trouvaient encore à bord et ont dû quitter cette bulle de commodités pour se reloger dans la ville ou dans ses environs. 

Publicité

Aux grilles du port, toute sortie est définitive. Aleona vient rendre son badge d’accès. « Nous avons trouvé un appartement à louer, nous pouvons enfin être tranquilles chez nous ! », se réjouit-elle.  Avec son fils Hugo, cette maman de 40 ans, qui parle également le français, tient à préciser que la situation à bord n’est pas aussi simple pour tout le monde. « Il y a beaucoup d’enfants, mais aussi des hommes avec des grands sacs avec toutes leurs affaires, et ils ne savent pas où ils vont aller. »

Outre Marseille et la proche région, une dizaine de destinations ont ainsi été proposées ces dernières semaines vers des régions ayant accueilli moins de déplacés. 

Oxana monte dans une voiture pour Istres. Elle nous explique qu’elle ne connait pas les conditions dans lesquelles elle va vivre. À côté d’elle, sa fille Caterina. « La semaine dernière a été très stressante... mais l'important, c'est d'avoir une maison et de la nourriture. »

Repartir dans l’inconnu a rendu l’organisation de ces derniers jours confuse, explique Valentine de l’association SOS Solidarité au micro de notre correspondante à Marseille, Laure Lemeille. « Ils ne veulent pas se re-désancrer, ils ne veulent pas aller dans d’autres territoires inconnus, et donc pas quitter Marseille. Je pense qu’ils ont eu l’espoir très longtemps qu’il y aurait un deuxième bateau qui finalement a été complètement éteint, et c’est difficile pour eux de s’imaginer ailleurs. »

Nombre d’entre eux préfèrent donc refuser la proposition de relogement pour rester dans la ville. Le bateau de la Corsica Linea, à quai à Marseille, accueillait depuis le mois de mars des réfugiés ukrainiens. Au plus fort de l'accueil, ils étaient environ 900 à bord, essentiellement des femmes et un tiers d'enfants. Le bateau avait été totalement transformé et adapté pour les réfugiés avec une crèche, un guichet de banque, un guichet Pôle Emploi, rapportaient nos confrères de France Bleu. Les repas étaient assurés par l'équipage du navire, resté sur place.

C'est la compagnie qui avait eu l'idée de cet hébergement et signé une convention avec la préfecture des Bouches-du-Rhône. Cette convention prenait fin le 10 juin et il est prévu que le navire reprenne du service sur la ligne Marseille-Alger après un reconditionnement.