En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies ou technologies similaires pour mesurer l'audience de nos sites et vous proposer des fonctionnalités sociales, du contenu et des publicités éventuellement personnalisés.

En savoir plus sur les cookies

La justice libanaise saisit les biens du gouverneur de la Banque centrale

Riad Salamé, le gouverneur de la Banque du Liban, lors d'une vidéoconférence le 29 avril 2020. Lebanon's Central Bank / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Dans une mesure inédite, un juge libanais a décidé ce lundi 20 juillet de saisir préventivement les biens du gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé dans le cadre de la procédure judiciaire lancée contre lui par un groupe d'activistes.

Publicité

De notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

Riad Salamé est l’une des principales cible du mouvement de contestation qui secoue le Liban depuis le 17 octobre 2019. Les activistes le considèrent comme le partenaire de la classe politique accusée de corruption. Le Premier ministre, Hassan Diab, et une partie de la population lui font aussi assumer la responsabilité de la chute vertigineuse de la valeur de la livre libanaise face au dollar, ce qui a provoqué une envolée des prix et une érosion des salaires.

► À lire aussi : Face à la crise, les Libanais parodient la livre et le dollar sur les réseaux

L'étau se resserre autour de Riad Salamé

Le juge d'application des peines de Beyrouth, Fayçal Makki, a décidé de saisir les biens immobiliers de Riad Salamé, le contenu de sa résidence, plusieurs véhicules et des fonds lui appartenant. Cette décision fait suite à une plainte déposée à la mi-juin contre le gouverneur de la Banque du Liban par un groupe d’activistes, qui le soupçonnent d’avoir intentionnellement affaibli la monnaie nationale et porté atteinte à la confiance dans les finances publiques.

La date de ce procès a été fixée au 14 octobre prochain. Riad Salamé fait l’objet d’une seconde plainte déposée, le 10 juillet, pour discrédit financier, détournement de fonds, abus de pouvoir et violation du Code de la monnaie et du crédit.