Mathieu Bablet, nature de l'intelligence, intelligence de la nature

Détail de la couverture de "Carbone et Silicium" de Mathieu Bablet. © Label 619 x éditions Ankama

Après le succès de «Shangri La», Mathieu Bablet revient avec une histoire empreinte de mélancolie autour de la question de l'Intelligence Artificielle. 

Publicité

C’est un album de Science-Fiction qui nous parle de demain – peut-être - mais aussi d’aujourd’hui – sûrement. Un univers où il y est question d’intelligence artificielle et de sentiment amoureux, de contrôle et de liberté, de robotique et de transhumanisme, de désintégration écologique et de désir d’immortalité, d’agonie et de renaissance, de la pire laideur et de la sublime beauté de la planète.

Le tout à travers une étrange histoire d’amour, celle de deux robots androïdes qui traversent les siècles et les paysages et s’interroge sur l’humanité, la leur et celle du monde. L’écrivain Alain Damasio signe la postface. Il a inventé un mot  la «sostalgie» pour décrire le genre de cet album, une œuvre dit-il «si solaire» et «si mélancolique». Un livre rempli «d’une solitude qui ne serait pas totale, d’un lien entre humains qui ne serait pas coupé».

La bande dessinée «Carbone et Silicium», de Mathieu Bablet est parue aux éditions Ankama et Label 619.

Reportage : Amélie Beaucour présente le dernier album du dessinateur turc Ersin Karabulut intitulé «Jusqu’ici tout allait bien», paru chez Fluide Glacial. Une bande dessinée qui réunit neufs histoires sombres et piquantes.