Fields: un Italien, un Iranien, un Allemand et un Indo-Australien récompensés

L'Allemand Peter Scholze, 30 ans, est l'un des lauréats de la médaille Fields 2018.
© Volker LANNERT / University of Bonn / AFP

C'est l'équivalent du prix Nobel, mais en mathématiques. Les lauréats de la prestigieuse médaille Fields ont été annoncés ce mercredi.  Ils sont quatre : Caucher Birkar, Alessio Figalli, Peter Scholtze et Akshay Venkatech. En plus d'avoir la bosse des maths, ils ont un autre point commun : ils ont tous les quatre moins de 40 ans, car cette médaille récompense également la prime à la jeunesse.

La théorie du transport optimal, les espaces perfectoïdes, la géométrie algébrique ou encore la théorie ergodique, ce sont les principaux thèmes récompensés par la prestigieuse médaille Fields. Un prix que se partagent 4 lauréats de moins de quarante ans : l'Australien Akshay Venkatech, l'Allemand Peter Scholze, le Kurde iranien Caucher Birkar, réfugié au Royaume-Uni, et l'Italien Alessio Figalli.

Alessio Figalli, 34 ans, est un peu plus connu des francophones puisqu'il a travaillé à cheval entre la France et l’Italie, il a d'ailleurs été étudiant de Cédric Villani, médaillé Fields lui aussi et aujourd'hui député La République en Marche. Il étudie la théorie du transport optimal qui comme son nom l'indique permet de trouver le meilleur moyen de transporter un objet d'un endroit à un autre. Cela a l'air simple comme ça, mais quand on entre dans le détail, ça se complique ; c'est un outil puissant et les théories étudiées par Alessio Figalli ont de nombreuses applications : de la description de la forme des nuages à celles des cristaux, de l'astrophysique ou encore de la mécanique quantique.

La ministre française de la Recherche Frédérique Vidal a estimé que l'attribution de la médaille Fields à l'Italien Alessio Figalli, chercheur CNRS détaché, témoignait « du remarquable rayonnement des sciences mathématiques françaises et italiennes ». « Un tiers des médaillés Fields sont en effet issus de laboratoires français et la force de cette tradition et de cette culture d'excellence scientifique est telle que des générations de médaillés Fields se passent désormais le relais: les travaux d'Alessio Figalli s'inscrivent ainsi dans le prolongement de ceux de Cédric Villani et de Pierre-Louis Lions, ce qui forme une rarissime lignée de trois générations de médailles Fields », ajoute la ministre.

Peter Scholze,  âgé de 30 ans, professeur de l'Université de Bonn, a remporté la médaille Fields grâce à ses travaux sur l'arithmétique et la géométrie algébrique. « Il y a un nombre infini de problèmes. Quand on parvient à en résoudre un, dix de plus font leur apparition », a affirmé le jeune Allemand sur Twitter.

Né à Marivan, dans le Kurdistan iranien, Caucher Birkar, 40 ans, est réfugié depuis 2000 au Royaume-Uni, où il enseigne à l'Université de Cambridge. Il a été récompensé pour sa contribution aux études géométriques sur le plan de Fano.
Le quatrième lauréat, Akshay Venkatesh, 36 ans, est né à New Delhi et a grandi en Australie. Il a été récompensé pour ses travaux sur la théorie analytique des nombres.

Les médailles ont été remises aux 4 lauréats de moins de 40 ans à Rio de Janeiro à l'occasion du congrès international des mathématiciens. C'est d'ailleurs la première fois qu'il se tenait dans un pays du Sud.

Sur les 55 lauréats au total, on compte notamment 13 Américains et 12 Français, les deux nationalités ayant reçu le plus souvent cette récompense.

Outbrain